- Est-ce que ça nous a blessé de voir notre monde comme ça ?
 
AccueilAccueil  Nos Partenaires  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le forum ferme. Il reste néanmoins ouvert aux membres pour leur permettre de prendre fiches et RP. Merci à tous <3


Partagez | 
 

 Une vie, Une blague- Jupiter [le Retour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jonathan B. G. Allard
| Jupiter * |
avatar

Nombre de messages : 4

MessageSujet: Une vie, Une blague- Jupiter [le Retour]   Mar 21 Juil - 14:28

Registre de vie

◦ Nom : Allard
◦ Prénom : Jonathan Balthazar Grégoire
◦ Date de naissance : 13 mai
◦ Surnom : Pouffieur
◦ Le nombre de vos années : 22
◦ Groupe sanguin : O+
◦ Genre, masculin ou féminin : Masculin


✄ ------------------
Registre de physionomie / Mentalité

◦ Apparence au premier regard : Jonathan
est grand. Mesurant 1m82, il dépasse plusieurs personnes d’une
demi-tête. Ses cheveux bleu cobalt lui donne un léger air sombre. Ses
yeux le sont tout autant, gardant la même couleur bleue. Ce léger effet
sombre donne un air mystérieux à Jonathan. Malgré tout, ses yeux
parlent beaucoup, brillant souvent lorsqu’il agit et/ou parle, tout
dépendant de l’humeur qu’il a. Son front est dégagé de tout poil
capillaire, ces derniers étant soulevés naturellement. De longs
sourcils fins ornent le dessus des orbites visuelles, d’une couleur
noire pure.
Ses oreilles sont aussi dénudées de cheveux,
permettant une bonne écoute, si Jonathan désire écouter bien sur. Par
la suite, son nez pointe légèrement dehors du visage, sans être trop
extravagant et ne pas déranger les lèvres plus ou moins pulpeuses qui
habitent le visage aquilin de cet homme.
Pour le reste, il a une
carrure fine, des os pas trop développés et des épaules dans la
moyenne, le contraire d’un sportif de Football américain. Ses jambes
sont aussi fines qu’elles doivent l’être, mais ses cuisses et mollets
sont bien formés. Ses jambes bien formées lui donne l'allure d'un
cycliste, s'étant souvent entrainé pour ces dites "bagarres", il s'est
principalement musclé les jambes, permettant ainsi une fuite aisée au
cas où, mais aussi bien un coup saignant du pied. Moins efficace, il
s'est malgré tout musclé les bras, mais pas au point de faire de lui un
Monsieur Muscle.

◦ Détails, tels qu'une cicatrice ou un tatouage : Il
possède un tatouage dans son dos que presque personne ne voit - à moins
d'espionner sa douche- puisqu'il ne se déshabille presque jamais. Il
forme une sorte d'ange maudit décapitant une rangée d'humains.

◦ Manière de se vêtir : Jonathan
porte sans cesse une camisole épaisse en guise de haut de corps.
Celle-ci est bleue marine et est équipée d'un col roulé gardant le cou
au chaud. 2 épaulières y sont équipées par dessus, même si la camisole
ne possède pas de manche. Les attaches sont donc à même la peau,
rougissant la peau en dessous.Une double ceinture orne son ventre, le
serrant plus qu'il ne faut. Elles permettent ainsi d'y accrocher le
double d'objets qu'un homme le peut en n'en portant qu'une. Fort utile
pour lui que trimbale souvent diverses babioles pour ses farces. Son
pantalon lui, est beaucoup plus larges, gardant toujours le même bleu
marine, il permet de long mouvement de jambes de Jonathan. Équipées de
poches diverses, elle augmente considérablement l'efficacité des
âneries de Jonathan. En dernier, il porte de simple chaussures de
courses, les préferant aux souliers classes. Se sentant plus
confortable dans celles-ci.

◦ Pouvoir / Travail (selon les classes) : Jonathan
possède le pouvoir de lire les sentiments qu’on les humains. Il peut
ainsi s’adapter en conséquence et tourner la situation à son avantage
s’il en a besoin.


◦ Vision du monde : Il
voir la planète souffrante et comprend que c’est l’humain qui lui fait
cela. Il voir aussi au travers des âmes sombres que sont les Hommes
qu’il n’y a plus aucun espoir à avoir de leur part et que seule
l’éradication pure et simple de l’humanité permettra à la Terre de
guérir.

◦ Caractère : Jonathan est un
pince-sans-rire né. Il peut vous sortir les pires blagues et
perversions d’un air si sérieux que vous ne pouvez que croire qu’il
pense ce qu’il dit. Il peut tout autant faire l’inverse pour faire
accroire une chose sérieuse pour une blague stupide. Son intelligence
est pure, mais combinée à son immaturité, il est apte à faire les pires
âneries auxquelles personne n’aurait jamais pensé. Pour les effectuer
sans risques, il est devenu aussi rusé qu’un renard peut l’être, voire
plus. Toujours souriant, il n’as pas peur de dire ce qu’il pense et ce
qu’il lit des autres. Sa franchise pourrait être sa faiblesse de temps
à autres, parlant trop. Maladroit de temps à autre, Jonathan à toujours
un coup d’avance sur son adversaire et n’hésite pas à effectuer le coup
fatal dès la première occasion,s'amusant avec sadisme des morts et/ou
dégâts qu'il fait. En effet, son sadisme s'éveille lors des "missions"
ou il devient sans pitié, riant de la mort des êtres humains, faisant
couler le sang sans modération. Il sait quand il peut jouer et quand il
doit être sérieux. Rajouté à ceci, Jonathan est animé d’une haine
profonde, datant de son enfance, renforcée par son don. Ceci fait en
sorte qu’il rêve la nuit de morts humaines par milliers.

◦ Occupation favorite : La
plupart du temps, Jonathan s’occupe en faisant diverses blagues ou en
tentant de pervertir Sedna, sans succès tant qu’Uranus le surveille.



✄ ------------------
Histoire






L'histoire de Jonathan Balthazar Grégoire Allard
commence avant même sa naissance, lord de la grossesse de sa mère, Josiane Declercq.
Celle-ci était rouge, non de couleur, mais de rage. De rage puisqu'elle se
disputait avec le père de Jonathan, Marc Allard, et son grand-père, Jean
Allard. Ils se disputaient pour le nom du petit que Josiane portait.

-NON! Grégoire, c'est beaucoup mieux.

-Et moi je te le redis, ça fait trop vieux
jeu. Il faut innover, prenons Jonathan.

-Arrêtez, les enfants. Josiane, ton fils
mérite le mieux, le grand nom Balthazar lui conviendra.


Ils continuèrent ainsi pendant des heures, s'époumonant comme des
animaux. Seule la fatigue vint à les calmer. Ils finirent par appeler l'enfant
par les trois noms: Jonathan Balthazar Grégoire Allard.


Ceci laisse présager l'enfance que Jonathan aura. Il naquit le 13 mai,
5 mois après l'incident du prénom. Les choses ne s'étaient guère améliorées
pour le couple Allard. Le grand-père était mort par cause de se mémoire
déficiente. Il était sorti sous une forte pluie acide sans parapluie. Lorsqu'on
retrouva le corps, Marc ne pleura pas, mais il vomit. Le corps était rongé par
l'acide de toutes parts et commençait déjà à être habité par les décomposeurs.
Ceux-ci s'étant adaptés à l'acidité de l'eau, ils purent s'en prendre au
vieillard dès les premiers instants.

Les parents, eux, se menaçaient sans cesse de divorce, sans penser au
bonheur de leur enfant.


Il naquit au cœur même d'une dispute. Le père criant sur sa femme parce
qu'elle prenait trop de temps à accoucher- les frais d'hôpitaux étaient
exorbitants - et qu'il la trainerait en cours pour qu'elle en paye la totalité.


Cette naissance haineuse, ainsi que la grossesse tout aussi
catastrophique, le rendit particulier. Il arrivait à lire les sentiments des
autres sans problèmes. Son talent n'était pas encore totalement efficace dès
ses premiers jours, mais il évoluait en même temps que son corps.


Jonathan put donc grandir normalement malgré les conflits continus
entre ses parents. Il évita aussi la plupart des batailles à l'école, se
délectant de regarder les autres se taper jusqu'au sang, riant intérieurement
de leur stupidité, de leur simplicité. Ce n'est que lors de ses 15ans qu'il
commença à devenir plus méchant, son don ayant presque atteint sa phase finale,
il trouva sans inconvénients les blagues qui touchaient de plein fouet ses
"camarades de classe".


Sa haine grandissait tout comme son intelligence. Il ne voyait plus le
mérite qu'avait l'homme à survivre sur Terre. Il avait lu presque tout les
livres d'histoire sur l'écologie, n'en avait déterminé que l'homme avait plus
détruit que construit. Essayé de réparer ses erreurs. Il avait vu les images de
l'ex
métropole, New-York. En avait aussi déterminé que c'était le châtiment
destiné aux humains. Jonathan en conclu que l'humain en avait déjà trop
fait, qu'il
était temps pour cette race de prendre sa retraite, la nature se sauvera
d'elle-même.


Avec le temps, il avait gardé une certaine philosophie de tous ses
apprentissages personnels, non scolaires: La Terre est une peau où l'humain y
est une maladie.


Par la suite, Jonathan est devenu Holden à l'âge de 21ans, suite à la
venue d'un certain Phantom. Il apprit après cette rencontre, que Phantom
n'aurait pas du être celui venant l'appréhender, mais plutôt Troy, une personne
qu'il n'avait jamais vue.


Soit disant, il avait tout de suite remarqué la haine qui habitait cet
homme. Une haine profonde, beaucoup plus que la sienne. Il était rare pour
Jonathan d'appréhender les inconnus, mais il le fit, intrigué.


-Votre haine est profonde, Monsieur. Vous aussi pensez qu'ils doivent
mourir jusqu'au dernier?

L'homme s'arrêta net devant Jonathan, légèrement surpris.
-"Vous pouvez lire les sentiments des
gens mon jeune ami ? En tous les cas vous avez visé juste, Bravo.

-Non, c'était écrit sur le panneau publicitaire à coté.
Il désigna une affiche pour prouver qu'il était "sérieux".
Voyant que l'homme ne comprenait pas, ne voyant qu'une publicité de chaussures,
il continua.

-Mais non, je plaisantais. Oui, je lit les sentiments des autres. Je
peux voir les âmes maudites de tous ses hommes et femmes. Je vois bien qu'ils
ne méritent plus la vie qui leur est offerte.

-Vous êtes intéressant mais je sens que vous
allez m'exaspérer, je vous propose de venir avec moi, les Holdens vont
exterminer ce monde immonde, il serait dommage de manquer cela.

- Ça paye bien?
-La paie ? Mais mon jeune ami, la paie c'est
le simple fait de rendre service à cette Terre, le simple fait d'exterminer la
race humaine devrait vous suffire, vous pourrez vous délecter autant que vous
voudrez des souffrances de ces horribles pêcheurs. C'est cela votre paie. Et
sachez que l'argent n'est pas important, que ferrez-vous de l'argent une fois
mort ? Vous n'en avez pas besoin.

-Pas faux, j'ai le temps de faire mes valises?
- Naturellement, rejoigniez-moi dans 2h à la
gare. Si vous tardez trop vous ne pourrez pas profiter du spectacle avec nous.


Jonathan retourna donc chez lui, mit ses affaires dans une grande
valise et descendit jusqu'au portail où il fut interpellé par ses parents,
faisant momentanément une pause de dispute pour s'en prendre à lui

- Tu vas où ainsi, mon fils?
Il regarda sa montre, encore une demi-heure. Il ne pouvait pas rester
plus longtemps.

- Je vais tous vous exterminer avec un groupe, Adieu, Idiots.

Il ouvrit la porte et parti sans chercher son reste. Il ne broncha même
pas lorsqu'il entendit sa mère pleure son départ dans son dos. Seul un sourire
se dessinait sur ses lèvres, le sourire de la mort. La grande blague qu'est la
vie humaine allait se terminer et il venait de décrocher un rôle dans le punch
de clôture.


Il était devenu Jupiter, et comptait bien prouver de quoi il était capable.




✄ ------------------
Hors Jeu

◦ Votre surnom : OtsegoU_dead
◦ Votre présence sur le forum : Tout les jours, voire 2 jours (réponse aux 2-3 jours tout dépendant de ma muse)
◦ Y a-t-il quelque chose à améliorer (A part le design) : un self-service d’alcool (Ta-Qui-Neuh)
◦ Le code : Yes ! - Su' -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shade Kuro
| * September | ~ Admin'
avatar

Nombre de messages : 423
Localisation : Je crois que je me suis encore perdu...
Rôle : Je suis un Elu.
Pensée du jour : J'aimerais revoir ma mère un peu plus souvent.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 18 ans
• Espace perso:
MessageSujet: Re: Une vie, Une blague- Jupiter [le Retour]   Mar 21 Juil - 14:34

    Pas besoin de vérifier en détail, puisque tu es déjà validé xD.
    Fais gaffe à tes BBCodes qui se baladent.

    Bon "retour" <3
    Et désolée pour ce bug ><

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://year-season.superforum.fr
 
Une vie, Une blague- Jupiter [le Retour]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| °• Year's Season •°  :: - Fiches Validées-
Sauter vers: