- Est-ce que ça nous a blessé de voir notre monde comme ça ?
 
AccueilAccueil  Nos Partenaires  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le forum ferme. Il reste néanmoins ouvert aux membres pour leur permettre de prendre fiches et RP. Merci à tous <3


Partagez | 
 

 {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azel Hell
{ President' son ღ }
avatar

Nombre de messages : 25
Rôle : Fils du dirigeant du monde {Gamin inutile et naïf}
Pensée du jour : Je veux manger de la glace~ Et voir plus d'élus.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 years
• Espace perso:

MessageSujet: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Sam 2 Mai - 23:17

    Il ne sait pas pourquoi la liberté l’attire tant.
    Après tout, il est loin d’être malheureux.
    Sa cage est la plus vaste et brillante de toute.
    Mais l’oiseau veut toujours s’enfuir.
    Même s’il doit se brûler les ailes en voulant trop s’approcher du soleil.


    {Azel est une sorte d’oiseau. Une espèce rare, en voie de disparition et qui déteste être couvée. C’est pour ça qu’il s’est enfui. Oh, pas d’une manière spectaculaire en volant une voiture ou quelque chose comme ça. Il a simplement demandé, avec des mots polis et clairs. Il a joué de son statut. Il a frappé moralement ses gardiens avec les barreaux dorés qui l’enserraient. Ca lui a plutôt bien réussi, visiblement. Le fils du président n’aime pas faire ça. C’est lâche de sa part. Pourtant, il veut se dire qu’il n’a pas le choix et que le peu de liberté, la vraie pas celle qu’on invente pour lui faire plaisir, qu’il peut avoir vaut le coup. Il a de la chance que le quartier du gouvernement ne soit pas trop loin de la grande maison, presque un immeuble finalement, au vu du nombre d’étages, où il habite. Il n’est pas allé dehors depuis plusieurs jours. Il n’a pas cours cette semaine. Tant mieux. Son père est en voyage, c’est encore mieux. Parce qu’il peut contrôler ceux qui sont à son service mais il ne pourrait jamais donner le moindre ordre à son paternel. C’est logique, il n’est que le fils du président après tout. Il est habillé rapidement, simplement, son écharpe manque de se prendre dans la double-porte blindée de l’entrée lorsqu’il sort. Il a l’habitude et tire rapidement dessus avant d’afficher un sourire d’excuse à Loki, celui qui est le plus proche de lui dans cette bande de baby-sitters en herbe.

    Le trajet est plus silencieux que d’habitude. Comme les autres fois, Azel ne voit pas vraiment le paysage. Les vitres de la voitures sont trop épaisses. Sauf celle de l’avant mais il y a une vitre teintée entre l’avant et l’arrière du véhicule. Il demandera peut-être à apprendre à conduire un jour. Pour pouvoir briser le mystère de ce monde, de ce qu’on lui cache. Il se sait naïf, ça ne le dérange plus vraiment. S’en rendre compte efface déjà une partie de l’idée. Dans son esprit, il se demande ce qu’il va dire à ces gens, qui ont son âge, ou plus vieux. Il ne sait pas ce qu’il veut leur demander. Parce qu’il est évident que le garçon a des questions. Et beaucoup. La route défile, le paysage étant recouvert par une pluie battante qu’il aperçoit à peine tant les vitres sont sombres, mais il l’entend. Loki échange quelques mots avec l’homme à ses côtés. Un autre garde du corps qu’il connaît mal. Un nouveau. On lui autorise à peine lui parler. Ceux qui viennent d’arriver sont trop dangereux, ils peuvent faire des erreurs. Une seule pourrait briser à jamais le jeune fils du président. C’est à éviter.

    La voiture s’arrête et il détache sa ceinture avant de sortir rapidement. A peine à t-il fait trois pas que Loki pose une main sur son épaule, assez fort pour le retenir sans lui faire mal. Il entre avec lui à l’intérieur. Les gardes dans le hall ont l’air étonné. Ils saluent tous le jeune homme avec politesse. Il leur répond par un sourire amical en répondant ‘Faites de votre mieux pour cette nation. Mon père et moi-même sommes heureux de l’aide que vous nous apportez tous.’ Un discours un brin commercial, qu’il semble avoir apprit par cœur, mais, comme toujours, ça marche. On le laisse passer sans rien lui demander de plus. Les flatteries sont efficaces. Mais il est évident qu’on ne refuse rien à Azel. Ou presque. Il laisse son garde du corps derrière lui, lui promet d’être sage et lève les yeux au ciel en montrant son bracelet fait de deux lanières sombres qu’il porte au poignet. Son dispositif de surveillance forcée comme il dit. Avec ça, il sait que Loki peut en permanence savoir où il se trouve. Même si un bracelet, ça l’enlève. Bien que celui-ci soit assez complexe à retirer, malheureusement.

    Celui qui est venu ici sur une sorte d’idée folle, un caprice d’enfant trop gâté, entre dans l’ascenseur qui l’emmène quelques étages plus haut. Il est un brin hésitant sans l’être. Tout va très bien se passer, comme d’habitude. Il vérifie que les manches de sa chemise blanche sont bien pliées durant la montée. Un détail qui prouve bien qu’il est un brin nerveux. Le trajet s’arrête au troisième étage. Azel n’a pas la permission d’aller plus haut. Enfin, il est sensé l’avoir mais en doute un brin. Alors il cesse sa route ici. Lorsque son père apprendra sa visite ici, il se fera disputer. C’est évident. Mais si, en plus, il fait la moins gaffe. Alors là… Il ne veut pas y penser.

    L’endroit est plutôt bien décoré, pour une sorte de centre d’entraînement. Après tout, ces gens sont comme les autres. Avec un peu plus de classe que la moyenne. Et des dons incroyables également. Les yeux cyans d’Azel clignent plusieurs fois lorsqu’il entre dans une salle, un brin au hasard, il doit bien l’avouer, et qu’il tombe sur une grande pièce emplie d’objets de détente. Son regard est particulièrement attiré vers le home cinéma. Même le sien n’est pas aussi grand. Hum. Il faudra qu’il arrange ça avec son père. Puis il s’approche de la bibliothèque, regardant tous les titres des ouvrages. Il y en a dans différentes langues. Il en attrape un qui est en français, la seconde langue qu’il parle, avant de le feuilleter. Sans le vouloir, il s’écarte un brin de la situation de base… Il peut bien perdre cinq minutes à lire ça de toute manière. Loki l’embêtera en lui envoyant un message sur son portable s’il traîne trop. Sans compter qu’il est le fils du président et n’a d’ordres à recevoir que de son père. Même s’il écoute toujours ce que lui disent les gens. Il n’est pas si pourri-gâté que ça en vérité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sune Starless
| * June | Admin ~ ♥
avatar

Nombre de messages : 121
Rôle : Elue.
Pensée du jour : Avancer et tant qu'à faire ne pas regarder en arrière.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 ans.
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Dim 3 Mai - 0:08

    Sune était blessée. Oh bien sûr rien de grave, son poignet avait juste été un peu charcuté lors d’un combat qui avait un mal tourné lors d’une mission la veille au soir. Il faut dire qu’elle avait été très inattentive lorsqu’elle avait préféré protégé son ami plutôt qu’elle-même. Elle avait réussi a arrêté la balle avant qu’elle lui coupe les nerfs de la main. Quoiqu’il en soit, un bandage entourait son poignet et elle n’avait pas de mission pour la journée. Sa main serait évidemment guérit le lendemain mais Dante avait été très persuasif car elle avait eu beau protesté qu’elle avait le droit de partir en mission, aujourd’hui elle était quand même dans son lit à se retourner encore pour la énième fois. C’était des rêves pas vraiment agréables qu’elle faisait en ce moment. Finalement, après beaucoup de cauchemars dont un qui lui montrait qu’elle ne pourrait plus jamais jouer de son instrument favori, elle décida de se lever.

    Elle était allée à la cuisine et avait essayé de manger d’une main ces céréales. Mais comme tous les matins elle était un peu à l’ouest et seuls les bâillements autorisaient le passage des céréales entre ses lèvres, finalement elle se leva et se dirigea vers la salle de bain, l’eau froide la réveillant totalement. Elle s’efforça d’éviter d’arroser son poignet et bien que cela fût assez difficile elle arriva à éviter le pire. Finalement elle avait mis un jean et un t-shirt qu’elle avait pris au hasard avant d’attacher ses cheveux en queue de cheval. Sune s’était occupé difficilement de son poignet et avait essayé de refaire le bandage. Etant donné qu’il n’était guère en bon état, elle l’enleva et s’arrangea pour se le refaire faire dans la demi-heure qui suivit. Après quelques sermons et de promesses de faire attention, Sune essaya de penser à faire quelque chose. Elle avait beau chercher, aucune idée lui venait à l’esprit. Faut dire que son occupation fétiche qui était le violon était à exclure. Et il ne restait pas grand-chose. Elle était retourné dans sa chambre et avait essayé – et je dis bien essayer – de refaire son lit, ce qui donna la même chose qu’au réveil : Un monstre de couverture.

    C’était vide, il n’y avait personne. Elle avait eu beau chercher, il n’y avait pas de Yuriy, ni de July et encore moins de February. Personne n’était présent. Elle espérait sincèrement ne pas mettre ses coéquipiers en situation de malaise. Enfin, de toute manière c’était peu probable. Ils étaient tous en mission et donc prêt pour. C’était plutôt son binôme du jour qui devait en subir les conséquences en ce moment même. Enfin, elle s’excuserait le soir mille fois… Et on lui pardonnerait sûrement. Sérieusement, elle s’en voulait beaucoup de s’être blessée futilement comme ça, elle mettait les autres en situation de difficulté, bien qu’ils lui disent le soir que ce n’est pas grave, elle savait que ça l’était quand même dans le fond. Elle soupira, toujours ruminer ses pensées ne l’aideraient sûrement pas.

    Finalement la blondinette s’était assise dans le salon et avait commencé à lire un livre. Elle tourna doucement les pages les unes après les autres s’incrustant dans la trame de l’histoire et suivant les actions avec un véritable engouement… Puis avait finalement refermé l’ouvrage d’un coup sec, agacée et avait empoigné sa veste en sortant de l’étage pour faire un tour dans le bâtiment du gouvernement avant de se retrouver d’un seul coup en salle D. Une salle ou elle était déjà allée une fois avec February il y a déjà un bon moment. C’était une grande salle de divertissement avec beaucoup de luxe et de choses chères. Elle fît vite le tour de la salle et s’attarda vers la bibliothèque, prenant un magasine, elle le feuilleta tout en marchant vers un fauteuil en cuire un peu éloigné de la porte et donc des arrivants. Elle s’assit confortablement dedans repliant ses jambes vers elle. Elle sortie une oreillette de sa poche, la programma tranquillement pour appeler sa mère puis la fixa à son oreille tout en commençant une conversation avec sa génitrice. Elle essaya de faire par la même occasion des mots croisés avec un crayon à papier qu’elle avait trouvé sur la table.

    Sa mère se montra un peu inquiète quand elle lui parla de sa blessure, mais finalement Sune ne s’y attarda pas et continua sur une autre lancée. Ce qu’elle faisait, ce qu’elle accomplissait chaque jour et la joie qu’elle en éprouvait. Elle lui parla des élus, des gentils… Des plus sombres. Et puis elle lui demanda des nouvelles de son pays fétiche, là ou elle avait vécu son enfance. La conversation dura bien une heure. Elle n’avait même pas remarqué qu’elle n’était plus seule, elle, sa mère et son magasine dans la pièce.

    En effet un garçon s’était emparé d’un livre à la bibliothèque. Sune était dos à l’endroit et ne pouvait donc pas apercevoir le fils du président. Sune rit de sa petite voix cristalline avant de lui raconter comment les élus avaient réagit lorsqu’elle leur avait fait goûter son magnifique pudding au chocolat. Enfin pudding était un grand mot. Pouvions-nous seulement parler de Pudding ? Elle trouva le mot ‘acide’ avec un sourire amer dans une case et sourit indirectement à sa mère en lui disant qu’elle n’essaierait plus jamais de cuisiner.

_________________
Do you do you do you youu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Hell
{ President' son ღ }
avatar

Nombre de messages : 25
Rôle : Fils du dirigeant du monde {Gamin inutile et naïf}
Pensée du jour : Je veux manger de la glace~ Et voir plus d'élus.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 years
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Dim 3 Mai - 1:29

    L’horreur de ce qui pouvait arriver dans ce monde, à chaque instant, cela ne frappe guère Azel. Lui, il ne connaît pas vraiment la douleur. Oh, il s’est brisé le dos, il a souffert à vouloir hurler sans jamais s’arrêter mais ce n’est pas la même chose. Il ne risque pas sa vie à chaque instant. Il n’a pas grand-chose à protéger. Même s’il souhaite aider la Terre, il n’y a pas beaucoup de décisions qu’il peut prendre en ce qui concerne cette dernière. Lorsqu’il deviendra président, s’il le devient, est-ce qu’il fera les mêmes erreurs que les anciens membres du gouvernement ? Où est-ce qu’il tentera de changer les choses ? Dur à dire. Lui-même, il ignore la façon de penser de son père. Finalement, ils ne se connaissent pas tant que ça et leurs relations sont un peu trop formels au goût de l’adolescent. Il repense à ça en lisant rapidement les premières lignes de l’ouvrage qu’il tient entre ses mains. C’est un texte qui raconte la vie d’un chevalier qui veut tuer son roi pour sauver son royaume de sa tyrannie. C’est triste. Azel est persuadé que le roi n’était pas méchant à la base mais qu’il s’est laissé aveuglé par le pouvoir. Inconsciemment ses doigts se resserrent sur la couverture du livre, tandis qu’il tourne une page de sa main libre. Il aime bien les livres fantastiques. Même s’il en lit peu. Surtout en français. Son regard parcourt des mots qu’il comprend presque parfaitement, même si la grammaire de cette langue complexe lui échappe encore, semblant ne pas vouloir être assimilée parfaitement même après des années d’apprentissage.

    Il cesse cependant de lire en entendant une voix derrière lui. C’est que ça le surprend tout de même. Pourtant, il n’en montre rien et se contente de faire un tour à cent quatre-vingt degrés sur lui-même. Il voit une masse de cheveux blonds assise sur un canapé, visiblement en pleine conversation avec quelqu’un. Ou alors, la personne parle juste toute seule. Azel sait bien qu’il ne faut pas déranger les gens lorsqu’ils sont occupés, surtout son paternel, mais il est un brin curieux. Tout en retenant qu’il en est à la page sept, il referme son livre, sans le reposer. Son livre. A croire que tout lui appartient. Oh, rassurez-vous, il ne partira pas avec, mais il a envie de pouvoir en lire encore quelques pages avant de s’en aller. Tranquillement, il marche vers la personne, contournant le canapé au passage. Il maintient cependant une certaine distance de deux mètres et demi. On lui a toujours dit qu’il devait veiller à sa sécurité en restant loin des inconnus. D’un autre côté, si elle est une élue et qu’elle possède des pouvoirs, il n’a pas la moindre chance à la base, alors pourquoi prendre des précautions inutiles. Il reste un peu en retrait, sur le côté, avant de parler, assez doucement, pour ne pas l’effrayer.

    « Bonjour mademoiselle. »


    Il est poli de par son éducation. Et le sourire doux qu’il a aux lèvres est le fruit de nombreuses heures de travail pour faire plaisir à tout le monde. Ce qui n’empêche qu’il n’est pas dénué de sincérité quand il parle. Sauf quand il s’agit de phrases clichées sur la gloire du pays et ce genre de bêtises pures. C’est le métier qui veut ça, que voulez-vous. Tout en tenant son livre d’une main, il réajuste un peu son écharpe, tirant un brin dessus au niveau du col pour ne pas cacher la moitié de son visage derrière avant de continuer à parler. Il continue de sourire et son ton à quelque chose d’assuré et d’amical à la fois.

    « Excusez-moi de vous interrompre mais êtes-vous une élue ? »

    Il est évident que c’est une question à poser à une inconnue que l’on connaît depuis moins d’une minute. D’un autre côté, elle semble avoir son âge et elle est dans un centre d’entraînement pour gens possédants des dons pour sauver le monde. Alors soit on engage des scientifiques de plus en plus jeunes, soit il a raison de lancer cette interrogation. Dans son esprit, il tente de faire le lien entre le peu qu’il a entendu de la conversation, non il ne tentait pas d’écouter mais elle parlait de manière assez audible, et une possible élue. En tout cas, cela prouve que personne n’est parfait. Et Azel doute de vouloir un jour goûter au pudding de l’adolescente. Bien que la cuisine, c’est comme les langues, ça s’apprend. Il se rend compte, tout en attendant une réponse, qu’il ne s’est pas présenté. C’est impoli, son père n’aimerait pas. Et Loki lui dirait qu’il n’est pas assez gentleman. Alors, il tente de rattraper sa bêtise en affichant un air un brin désolé avant de poursuivre.

    « Mes excuses, je ne me suis pas présenté. Je me nomme Azel Hell. Je suis le fils du président actuel de la Terre. »


    Dit comme ça, il est sûr que c’est un brin ‘trop’. Mais il ne sait pas comment faire autrement. Ses yeux cyans brillent de curiosité tandis qu’il détaille la jeune fille en face de lui, n’osant pas trop s’asseoir à ses côtés ou même lui demander si elle a des pouvoirs. Il sait que se serait un peu impoli.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sune Starless
| * June | Admin ~ ♥
avatar

Nombre de messages : 121
Rôle : Elue.
Pensée du jour : Avancer et tant qu'à faire ne pas regarder en arrière.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 ans.
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Dim 3 Mai - 12:35

    Pendant que Sune écoutait d’une oreille un peu distraite les nouvelles fréquentations que sa mère rencontrait de part son café, elle pensa aux Holdens et à leurs pouvoirs. Si on avait donné aux élus des pouvoirs pour sauver la planète, pourquoi en avoir donné à des personnes qui écourtait la vie de celle-ci ? Peut-être que finalement, au départ, ils devaient être des aides pour les élus mais qu’ils avaient mal tourné au dernier moment. Elle aimerait bien en rencontrer, juste pour savoir… pour comprendre. Un - leur but qui pourrait se comprendre d’une certaine manière, mais d’une autre façon elle n’arrivait pas à mettre la main dessus. C’était comme une vague. Elle est là près de toi mais quand tu essayes de l’attraper elle s’éloigne. On ne peut pas vraiment se saisir de l’eau, alors d’une vague… ? Sune répondit à sa mère même si elle avait été perdue dans ses pensées pendant quelques minutes. Sa mère ne manqua pas de le remarquer et Sune lui dit que ce n’était rien d’important. Elle effaça d’un geste vif les tracés des mots « Holdens » et « Elus » sur la page de mots croisés avec la petite gomme qu’il y avait sur le crayon.

    Sune essaya en vain de chasser ses pensées et décida d’écourter la conversation avec sa mère qui, même si elle ne le disait pas, devait avoir plein de choses à faire. Sa mère étant un peu étourdie, Sune lui rappela de ne pas oublier le linge dans la machine à laver et de penser à faire des courses pour ne pas qu’elle meurt de faim. Peu de temps après elle appuya sur le bouton de fin de communication à son oreille et étira ses bras tout en grimaçant de douleur en appuyant trop fermement sur sa main. Elle arrêta tout de suite le mouvement, et se pencha pour regarder la grille du magazine. Sune reprit donc ses mots croisés, même si le cœur n’y était plus. Et alors qu’elle s’y attendait le moins – car plongée dans une réflexion intense – une voix, qui n’était sûrement pas celle de sa mère étant donné qu’elle avait raccroché – même si elle en douta fortement à cet instant – se fît entendre à son oreille. Une fraction de seconde après ; la jeune fille sursauta, lança un regard dans la direction de la voix et en perdit son crayon des mains qui roula sur le sol tandis qu’elle se décalait contre le fond de son fauteuil.

    - Yiiiiiih !

    Oui, en effet, c’était un cri des plus féminins. Mais voyez-vous, même si Sune était habituée au danger, qu’elle se faisait blesser assez régulièrement et qu’elle était supposée n’avoir peur que de très peu de choses, lui parler lors d’une de ces réflexions n’était pas la meilleure idée qu’on pouvait avoir. Sune souffla doucement tandis qu’elle regardait l’adolescent avec de grands yeux. Elle se détendit doucement, porta sa main valide à ses tempes et soupira de soulagement. Ce n’était pas un satyre. Et il fallait arrêter d’avoir de telles pensées dans un quartier de haute sécurité. Il fallait croire que ses habitudes Australienne n’étaient finalement pas enfouies dans un coin de son cœur et qu’elles étaient bien présentes. Elle détailla donc l’adolescent qui devait avoir le même âge qu’elle ou un peut-être peu plus vieux ? Il était du genre franc et aller droit au but, lui. Elle ne savait pas vraiment quoi répondre – elle voyait rarement d’autres personnes que ses compagnons en fait. Mais il était dans un quartier réservé aux gens du gouvernement et aux élus et bien qu’elle soit une élue, elle se demanda ce qu’il pouvait être. Ce garçon était tout de même jeune. Etait-il un scientifique ? Elle en doutait fortement. Reprenant très vite contenance la jeune fille garda pourtant le silence… Elle ne dévoilait pas son identité à de parfaits inconnus.

    Il se présenta assez rapidement par la suite. Bien. C’était déjà un bon début. Sune lui sourit sincèrement, comme elle avait toujours eu l’habitude de le faire. C’est vrai qu’il avait une forte ressemblance avec son père qu’elle croisait assez régulièrement lors de réunions ou autres choses futiles qui ne l’intéressaient guère. Elle préférait être sur le terrain et la théorie elle s’en balançait quelque peu. La question de sa présence ici ne se posa même pas puisqu’étant donné sa première question, elle avait deviné qu’il avait une forte envie de rencontrer les élus. Même s’ils étaient comme tout le monde – Il avait du assurément le deviner à son cri retentissant. Elle espérait n’avoir interpellé personne à l’extérieur. Il ne manquerait plus que ça. Mais de toute façon, c’était forcément insonorisé.

    - Enchanté, je m’appelle Sune Starless.

    Elle s’autorisa une petite pause. Pour le suspens voyez-vous.

    - Oh ! Et oui, je suis bien une élue.

    Dit-elle tranquillement, tout à fait calme. Elle semblait plus intriguée par le garçon qui avait de très bonnes manières et qui, apparemment devait sûrement régulièrement débiter des discours un peu clichés étant donné son ton un peu formel. Mais apparemment il ne jouait pas la comédie. Sune referma son magasine et le posa sur la table en face d’elle, elle se leva rapidement pour ne pas paraître impolie, quelque chose dont elle avait horreur. Elle tendit la main vers le garçon, le valide bien évidemment.

    - Pardonnez-moi pour ce cri – si on peut vraiment appeler ça comme ça, dit-elle un peu gênée, vous m’avez surprise.

_________________
Do you do you do you youu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Hell
{ President' son ღ }
avatar

Nombre de messages : 25
Rôle : Fils du dirigeant du monde {Gamin inutile et naïf}
Pensée du jour : Je veux manger de la glace~ Et voir plus d'élus.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 years
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Dim 3 Mai - 13:29

    Le cri le fait sursauter lui-aussi. Même s’il est évident qu’en dérangeant une personne concentrée, on peut l’effrayer. Lui, c’est la puissance des décibels qu’il vient de se prendre dans les oreilles qui le choque un brin. Cependant, il reprend vite son air tranquille habituel. C’est qu’on l’a habitué à bien pire après tout. Il vit entouré de gardes de corps qui ont une certaine tendance à surgir à n’importe quel instant de nulle part pour lui demander s’il va bien. A croire que ces derniers vivent dans les murs, ou quelque chose comme ça. Plus jeune, il a tenté de percer ce mystère mais a fini par s’arrêter au fait que ses gardiens doivent être des sortes de ninjas sur-entraînés. Bien sûr, personne n’a jamais songé à lui expliquer qu’il y a quelques raccourcis dans la maison et qu’il est un trop tête en l’air pour s’en souvenir à chaque fois. Lorsque la jeune fille lui rend son sourire, il continue d’afficher le sien, plutôt content d’être tombé que quelqu’un d’amical. Il sait que son père possède un dossier sur chacun des élus mais il n’a pas le droit de les consulter. Enfin, ça n’empêche qu’il parviendra à le faire un jour. Il veut en savoir plus sur ces gens extraordinaires. Et, il estime que pour une première rencontre, il a une idée assez positive du groupe des élus.

    De Mademoiselle Starless en tout cas. Si ça se trouve, c’est la seule qui est aussi polie et amicale et les autres sont tous des glaçons froids et cruels. Oh, se serait étonnant. Son père lui a dit que le groupe était très varié et que leurs personnalités se complétaient. Malheureusement, il n’a jamais réussi à en savoir plus parce que Monsieur Hell l’a, tout simplement, viré de son bureau en lui disant de le laisser travailler en paix. Que la vie est cruelle parfois. Même si la version du mot ‘cruelle’ chez Azel est assez faible. Pour lui, ce n’est que de ne pas avoir ce qu’il veut lorsqu’il le désire. Il est vrai que c’est assez rare, pourtant il est écarté systématiquement de tout ce qui peut mettre en danger son innocence ou bien sa sécurité. Soit tout ce qui est plus ou moins secret défense. Ce qui n’empêche qu’il a l’impression que son père lui laisse plus de liberté qu’avant. Peut-être parce que le fils du président a un meilleur point de vue sur les sujets sensibles au fur et à mesure qu’il grandit.

    Son sourire a beau ne pas changer, il garde toujours son côté formel, intérieurement, Azel est ravi des réponses de l’adolescente. Il a accompli un de ses vœux les plus chers en rencontrant une élue. A présent, il sait que pour Noël il n’aura plus qu’à demander la moto dont il rêve pour être comblé. Mais ça, c’est une autre histoire. Engager la conversation plairait au jeune garçon. Il voudrait en apprendre plus sur Sune. Pour mieux comprendre comment travaillent les sauveurs de la planète, ce qu’est son don… Sa politesse et son éducation l’empêchent cependant de poser trop de questions d’un seul coup. Il se contente de serrer la main de la demoiselle, vérifiant au passage que oui, elle est bien réelle et qu’il ne rêve pas. Il l’écoute ensuite s’excuser. Oh, ce n’est pas la peine, il ne s’en soucie pas tant que ça. Dans le fond, il aime bien l’action. Ca le change un peu de la prison dorée dans laquelle il vit en permanence. Sans compter les ‘Attention Mister !’ et les ‘Ne vous faites pas mal surtout !’, qu’il entend à longueur de journée.

    « Je ne vous en veux pas. Je n’aurai pas dû vous surprendre comme je l’ai fait. C’était impoli de ma part. »

    On sent bien son statut dans sa façon de s’exprimer, avec des phrases bien formées, toujours avec ce ton poli. D’un autre côté, vu qu’il prend des cours pour apprendre à faire de beaux discours dans son école pour gosses de chefs du gouvernement, il est normal qu’il sache au moins faire ça correctement. Après quelques instants, il lâche doucement la main de l’adolescente avant de reprendre la parole.

    « Je suis venu ici pour faire la connaissance de ceux qui aident notre monde. Que voulez-vous, ma curiosité et mon intérêt pour votre groupe m’ont poussé à venir ici. »


    Il n’empêche que son père va lui passer un savon quand il apprendra que son cher gamin a fait ça. Mais ce n’est pas le genre de détail qu’Azel compte préciser. Après tout, se ne serait pas fantastique pour l’image qu’il tente de donner et puis, il préfère ne pas y penser pour le moment. Histoire de retarder un brin l’échéance. Il se demande, pendant quelques instants, s’il n’en fait pas un peu trop au sujet de sa façon de parler. Il ne sait plus trop comment faire autrement dans le fond. Il s’assied sur le canapé, se disant que se sera sans doute plus confortable pour discuter. Après avoir posé son livre sur ses genoux, le garçon pose son regard cyan dans le vert de l’adolescente pour l’inviter à faire de même.

    « Pour vous avouez la vérité, je ne sais que peu de détails au sujet de ce projet. Mon père à une certaine tendance à m’en écarter. Je suis venu ici pour mieux comprendre ce que vous faites exactement.»


    Il ne sait pas grand-chose des problèmes de la Terre. Juste une partie. Et mieux vaut qu’il ne sache rien finalement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sune Starless
| * June | Admin ~ ♥
avatar

Nombre de messages : 121
Rôle : Elue.
Pensée du jour : Avancer et tant qu'à faire ne pas regarder en arrière.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 ans.
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Dim 3 Mai - 14:31

    Issue d’un milieu plutôt modeste, Sune n’a jamais appris à parler de manière aussi polie que ça. Et même si elle piochait la plupart de ses phrases chez les hauts dirigeants qu’elle rencontrait lors de réunions ou autres, Sune ne pourrait jamais tenir une conversation de cette envergure. Enfin, elle se débrouillerait. Après tout les élus étaient tous comme elle pour la plupart, elle n’avait donc pas à s’en inquiéter et elle parlerait comme elle avait l’habitude de le faire. Bien sûr, comme un peu plus tôt elle ne parlerait sûrement pas aussi formellement que le garçon. Mais lui y était habitué. Qu’était-elle finalement ? Juste une petite élue. Enfin bon, elle y penserait plus tard. Ce garçon avait l’air très gentil et elle ne serait pas étonnée qu’ils continuent la conversation. Elle jeta un coup d’œil à la couverture du livre qu’il avait pris sûrement dans la bibliothèque. C’était du Français. Elle reconnaissait la langue étrange de ce pays. Dommage qu’à présent plus personne n’y habite. Enfin bon, pourquoi penser toujours à de choses si désagréables ? Dans tous les cas ce livre était en français et ils parlaient actuellement en anglais. Ce gamin devait donc forcément être bilingue, ou peut-être plus qui sait ? En tout cas le fils du président devait avoir une très bonne éducation. D’où son très bon vocabulaire.

    Sune lui sourit amicalement, ce n’était pas vraiment sa faute et comme lui, elle ne s’en souciait pas vraiment. Elle avait fait sursauter l’adolescent tout de même. Son cri devait vraiment être affreux. Ou alors il ne s’y attendait sûrement pas lui non plus. Etrange, sachant qu’avec tous les colosses qui devaient l’entourer, il devait être habitué à se faire suspendre. Enfin c’était son point de vue. Elle aussi avec les élus qui apparaissaient toujours près d’elle quand elle s’y attendait le moins. Mais c’était les élus et par conséquent elle y était habituée… plus ou moins. Parfois ça la surprenait. Ca dépendait des situations. Enfin elle ne pensa pas à ça plus longtemps, et en plus c’était un peu tordu. Mais j’avais oublié, Sune avait souvent des pensées tordues, comme si c’était de sa faute à la pauvre petite. Elle remarqua alors le crayon qui avait roulé sur le sol et se baissa après avoir lâché la main du garçon pour le ramasser avant de le reposer sur la table basse tranquillement, se remettant en face de son interlocuteur.

    Tiens donc ? Elle avait raison. Le garçon était donc bien venu ici pour rencontrer les élus. Le pauvre petit allait être déçu. Il n’y avait qu’elle et leur étage était interdit. A tout le monde sauf à eux, les élus et les autres aussi. Mais là n’est pas l’important. Elle ne pourrait pas lui faire rencontrer tous les élus. D’ailleurs il a eu de la chance de tomber sur elle, et non sur November ou December qui l’auraient superbement ignoré. Il aurait pu rencontrer April aussi ou July. February peut-être ? Là il aurait eu plus de chance. Enfin, Sune n’était pas la meilleure pour entretenir des conversations avec des inconnus ; Ca faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas fait. Enfin, elle pourrait peut-être se faire un nouvel ami ? Son côté social s’en chargerait sûrement à sa place alors elle préféra rester comme elle était. Sincère et honnête. Elle raconterait sa rencontre à ses collègues le soir, quand ils rentreraient.

    Sune voulait bien lui expliquer ce qu’ils faisaient. Mais si son père gardait le secret sur certaines choses elle ne se voyait pas lui raconter ce qu’on lui interdisait – Elle ne savait même pas ce qu’on lui interdisait de savoir bien qu’elle s’en doutait un peu. Mais cet effet d’être couvé l’impressionna car après tout, elle connaissait pratiquement tout, elle. Enfin c’était une élue donc, normal finalement. Pourtant elle haussa les sourcils et s’assit aux côté du jeune homme. Au fond d’elle, elle savait le genre de questions qui brulaient l’adolescent, amusée elle prit enfin la parole.

    - Vous êtes bien un des premiers adolescents à connaître notre existence, nous les élus. Ce qui m’intrigue d’ailleurs un peu.

    Elle rit légèrement. C’est vrai que c’était étrange de rencontrer un adolescent, fils du président certes, mais un adolescent. Les autres enfants et même adultes, citoyens de la nation ne savait même pas qu’un projet était en cours et que des enfants se battaient chaque jour pour le sauvetage de la planète. Des morts, du sang, tout ça les entourait à présent. C’était devenu un quotidien mais ils l’acceptaient. C’était leur rôle et les Holdens ne devaient pas gagner. D’ailleurs Azel ne semblait pas connaître l’existence de ces derniers et Sune ne lui en parlerait pas.

    - Mais après tout, vous êtes le fils du président, je ne devrais pas être étonnée.

    Elle lui sourit puis continua d’une voix tranquille et calme. Elle ne savait pas trop quoi dire. Après tout, ce qu’elle disait ne l’intéressait peut-être pas. Mais il fallait trouver quoi dire sans le choquer et tout en préservant l’innocence de ce garçon. Il ne devait pas connaître les horreurs de ce monde. Tout comme elle aurait préféré rester dans l’ignorance. Mais il fallait faire des sacrifices et elle en faisait. C’était le cycle de la vie.

    - Les élus travaillent chaque jour ensemble pour sauver la planète. Comme vous …

    Elle se stoppa un instant, un sourire de toutes ses dents éclairant son visage fin. Vous, vous vous. Elle en avait vraiment marre. Déjà qu’il avait son âge, vouvoyer un adolescent ce n'était vraiment pas son truc.

    - Puis-je vous tutoyer ?

    Et sans attendre de réponse elle poursuivit. Expliquant que les élus devaient accomplir certaines missions, qui, d’une manière directe sauvaient la planète. Elle lui expliqua que pour arrêter cette pollution, il fallait pour cela arrêter certaines personnes. Elle ne précisa pas que ces personnes mourraient en voulant se rebeller, ou que les Holdens contraient toujours leurs attaques, étrangement.

_________________
Do you do you do you youu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Hell
{ President' son ღ }
avatar

Nombre de messages : 25
Rôle : Fils du dirigeant du monde {Gamin inutile et naïf}
Pensée du jour : Je veux manger de la glace~ Et voir plus d'élus.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 years
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Mer 8 Juil - 15:47

    Il est évident qu’Azel ne pourra jamais diriger le monde sans savoir ce qu’il lui arrive. Cependant, voir ce qu’il en reste ferait sans doute assez de dégâts pour lui laisser un lourd traumatisme. Même s’il grandit de plus en plus et que lui cacher la vérité devient plus dur. C’est un cercle infernal, une accumulation de mensonges qui étouffent de plus en plus l’adolescent, qui ne semble pas vraiment s’en rendre compte. Ou alors, il fait peut-être en partie semblant. Si ça se trouve, il rentre dans le jeu qu’on lui impose pour conserver son innocence, par peur de la réalité. En tout cas, Sune semble avoir bien assimilé ce côté là de la vie du garçon et ses paroles sont parfaitement adaptées à la situation. L’élue commence par lui dire qu’elle est étonnée qu’il connaisse son existence, ce à quoi Azel répond par un simple sourire, assez poli. Intérieurement, cependant, il note l’information dans un coin de son cerveau même s’il s’en doutait un peu. Après tout, les élus sont comme les héros des vieilles bandes dessinées que possèdent certains des gardes du corps du fils du président. Personne ne doit savoir la vérité à leur sujet. Sauf les gens qui ont assez de pouvoir pour être au courant des secrets du pays. Quoique le garçon n’a pas vraiment d’influence au sein du gouvernement mais il aime bien s’autoriser à se donner un peu plus de droits qu’il n’en possède. Après tout, vouloir connaître un peu mieux le monde ne peut pas lui faire tant de mal que ça. En théorie en tout cas.

    La jeune fille en face de lui semble plutôt à l’aise, tout du moins en apparence, dans sa manière de parler même si cette dernière est un brin moins travaillée que celle d’Azel. D’un autre côté, lui vit une vie si formelle que ce n’était pas étonnant que son langage soit irréprochable ou presque. D’ailleurs, il se sert un peu trop de son éducation dans certains cas. Comme lorsqu’il manipule un brin ses hommes de mains pour avoir ce qu’il veut. C’est sa manière à lui de scier un peu les barreaux de sa prison brillante. Même s’il culpabilise assez facilement dès qu’il se permet de se servir de quelqu’un. Cependant, il sait que, plus tard, il aura sans doute pas mal à le faire… Azel n’aime pas énormément la politique et ce qui s’y rapproche mais il aime bien la planète, alors les responsabilités ne le dérange pas. Sans compter qu’il a encore de la marge avant de devoir prendre la suite de son père, si cela arrive bien sûr. L’adolescent quitte sa vis-à-vis du regard quelques secondes, plus voir le cadran de son bracelet briller légèrement et il appuie rapidement dessus en soupirant, faisant disparaître la brillance en quelques secondes. Ca, c’est Loki qui se permet de lui rappeler qu’il ne va pas passer toute la journée à l’attendre non plus. Mais il va encore attendre un peu quand même parce que le fils du président n’a absolument pas envie de rentrer immédiatement. Sans compter qu’il n’est pas forcément obligé d’obéir aux ordres, sauf s’ils viennent directement de son paternel.

    « Disons que ma position me confère quelques privilèges. »


    Est la réponse d’Azel. Son ton a une légère pointe amusée parce qu’il sait qu’elle s’en doute. Après tout, il est sans doute l’un des adolescents les plus influents de la planète. Enfin, le fils de quelqu’un qui a du pouvoir plutôt. Il écoute avec attention la jeune fille commencer à parler, avec un air tranquille au visage et un sourire poli, jusqu’à ce que vienne la question au sujet du fait d’être tutoyé. Les rares adolescents que le garçon fréquentent sont de la même classe sociale que lui et ils ont l’habitude de se vouvoyer. Ainsi, pour lui, c’est quelque chose de totalement nouveau et étonnant. Cela est d’ailleurs sans doute visible au léger air de surprise qu’il affiche sur son visage. Cependant, passé le choc initial, le fils du président est absolument ravi. Au fond, il est un brin lassé des relations formelles qu’il a avec tout le monde. Ainsi, un nouveau sourire, peut-être plus sincère bien que léger, naît sur ses lèvres tandis que ses yeux bleutés brillent légèrement.

    « Je vous, enfin tu, l’autorise si vous, pardon tu, m’autorise à faire de même. »


    On ressent un certain manque d’habitude dans l’utilisation du ‘tu’ dans sa façon de parler mais cela ne semble pas le déranger. Au contraire, passé la maladresse qui lui donne un air un brin gêné quelques instants, cela l’amuse grandement. Après tout, c’est la première fois qu’il fréquente vraiment quelqu’un de sa tranche d’âge. Et une personne normale surtout. Pas un fils ou une fille de riche qui ne pense qu’à rester dans la norme. Par la suite, il écoute parler l’élue tout en tentant de retenir le plus possible de ce qu’elle lui dit. En effet, ceux qui ont la chance de posséder de fantastiques dons étaient véritablement des héros. Et Azel est, pour l’instant, leur plus grand fan. Même s’il fait de son mieux pour ne pas le montrer et rester tranquillement assit sur le canapé. De toute manière, les mouvements brusques sont mauvais pour son dos un brin abîmé. Il attend sagement qu’elle est terminée de parler avant de lui répondre.

    « Merci de votre, ton, explication à présent je pense comprendre un peu mieux certains points. Si jamais mon père me cède sa place un jour, j’espère que je pourrai vous aider à mieux gérer la planète. Cependant, pour l’instant, j’ai bien peur de ne pouvoir que vous prodiguez mes plus sincères encouragements. »


    Azel affiche un sourire un peu maladroit, comme pour s’excuser. En tout cas, pour l’instant, il est trop gentil et naïf pour pouvoir bien appréhender le futur. Même si son innocence peutégalement être sa force. Après tout, il n’y a plus beaucoup de gens comme lui, capables de regarder le monde avec des pensées dénuées de haine ou de peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sune Starless
| * June | Admin ~ ♥
avatar

Nombre de messages : 121
Rôle : Elue.
Pensée du jour : Avancer et tant qu'à faire ne pas regarder en arrière.

• Carte d'identité
• L'amélioration de la planète: • Pour
• Age: 16 ans.
• Espace perso:

MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   Sam 26 Sep - 12:33

    Sune regarda autour d’elle d’un air tranquille, terminant sa phrase tranquillement. Elle lança un regard au garçon espérant avoir répondu à toutes ses questions de manière simple et adaptée. Après tout elle s’en voudrait de briser le monde du garçon, son monde d’innocence. Pas aussi innocent tout de même, c’est pas comme si … C’était pas comme si il vivait avec des lutins, non ? Sune sourit à cette pensée. Quoiqu’il en soit, elle-même, avait découvert cette affreuse vérité sur le monde il y a de ça quelques années, on lui avait toujours tout dit, tout partagé avec elle, ce qui n’était peut-être pas la bonne méthode à adopter avec l’enfant. Sune avait beau être encore une adolescente, être élue lui donnait ‘presque’ un statut d’adulte pour les hauts dirigeants de la planète, et elle devait faire avec. Etant la plus jeune du groupe, c’était comme si elle n’avait pas passé le stade intermédiaire de l’adolescence. Heureusement que les élus étaient là pour lui rappeler qu’elle était encore une enfant ; quand elle se faisait mal et qu’on s’inquiétait pour elle, quand elle ne comprenait pas quelque chose et qu’on lui expliquait, quand on l’embêtait et qu’elle boudait … Tout ça était son quotidien quand elle n’était pas en mission, ce qui laissait en elle cette innocence qui était enfouie au fond de son être…

    Sune lui sourit gentiment, elle se doutait des privilèges de l’adolescent, et se doutait aussi que sa venue dans ses lieux n’avait surement pas été approuvée par quelqu’un d’autre que lui. Mais elle ne fît aucun commentaire. L’adolescent ne devait pas être étouffé par toute cette protection autour de lui. Certes garder son ignorance était primordiale, mais le laisser vivre l’était encore plus. Il ne fallait pas l’enfermer plus qu’il ne l’était déjà, ça le détruirait de l’intérieur et elle appréciait beaucoup l’adolescent depuis leur rencontre. Aucun geste déplacé, poli et curieux ; il avait tout pour plaire... Et elle savait qu’il n’agissait pas formellement avec elle. Il y était un peu obligé après tout, Sune était quelqu’un qui parlait honnêtement, on ne pouvait pas lui mentir ; elle le remarquerait. Sune éclata de rire agréablement lorsque le garçon l’autorisa à le tutoyer mais en se trompant pratiquement à chaque mot de la phrase qu’il dit.

    - Pas de problèmes, lui dit-elle.

    Elle se calma légèrement et acquiesça ces paroles d’un signe de tête. Cet adolescent l’étonnait beaucoup. Pourtant il était normal qu’il soit habitué à vouvoyer les personnes autour de lui, mais il était nécessaire de casser cette distance qui les séparait par le vouvoiement, qu’ils puissent parler comme deux adolescents normaux. Ce qu’ils n’étaient pas. Mais il était toujours agréable d’y croire. Sune l’observa un instant puis détourna le regard vers les étagères de livres pour se reporter vers son interlocuteur. Elle était en présence du fils du président et même si celui-ci ne risquait rien, les infiltrations peuvent toujours avoir lieu. Elle n’avait pas vraiment peur pour elle car elle pouvait se défendre, mais plus pour l’adolescent… Qu’elle pourrait défendre évidemment mais pour cela il fallait quand même observer les alentours. Réflexe qu’elle avait prit depuis ses premiers entraînements.

    Ces premiers entrainements ; quels affreux souvenirs, se dit-elle en grimaçant intérieurement. Pendant cette période là, elle ratait presque tout ce qu’elle entreprenait : entrainements, missions et j’en passe. Elle pleurait souvent la nuit dans son lit et en plus, n’était pas encore très proche des autres à ces moments là, ce qui la laissait dans une solitude qui la tuait à petit feu. Elle avait peur de perdre ce qui la tenait fermement au statut d’enfant. Elle ne voulait pas, elle voulait rester telle qu’elle était. Elle avait eu du mal à s’accrocher, à développer son pouvoir et à se sociabiliser avec les autres. Sune en gardait un très mauvais souvenir et en parlait très rarement.

    - C’est grâce à tes encouragements et à ceux qui connaissent notre existence que nous pouvons continuer à agir ainsi.

    Dit-elle avec un soudain sérieux, en le regardant dans le blanc des yeux. Après tout sans le soutien des autres – en comptant les élus bien évidemment – elle n’aurait jamais pu continuer dans cette direction. Quand on ne t’encourage pas, tu n’as pas envie de continuer et tu abandonnes ou rate tout ce que tu entreprends pendant des périodes de stresse qui l’avaient accompagné a ces débuts, si personne ne t’aide à t’en sortir ; tu peux abandonner. Le soutien n’était pas rien ou du moins, c’était sa version des choses… Peut-être que cela ne représentait pas grand chose pour les autres.

    - Ce n’est pas rien, tu sais, c’est même trop. Même si c’est tout ce que tu peux faire pour le moment, pour moi c’est beaucoup, vraiment beaucoup et je te remercie. Tu es gentil, Azel.

    Elle n’ajouta rien d’autre. Et lui sourit. Un sourire qui représentait sa gratitude envers le fils du président. Ce garçon qui les encourageait. Un adolescent de son âge reconnaissait le travail qu’ils fournissaient. Sune ne pouvait pas être plus heureuse que ça. Vraiment, il n’aurait pas pu trouver meilleur cadeau.

    - Que lisais-tu ?

    Glissa-t-elle finalement, sur le ton de la conversation. Elle savait que c’était en français, mais ne connaissant strictement rien à cette langue a part le « Bonnejûr » qu’elle détestait dire car elle trouvait son accent déplorable, elle préférait donc se taire.

_________________
Do you do you do you youu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}   

Revenir en haut Aller en bas
 
{Because I need to meet them~ Privé ~ Miss Sune}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Va t'en, et ne reviens plus sur nos terres ! [Mission, privé Miss Coral]
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Ahem.. Please to meet you ?.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| °• Year's Season •°  :: - Quartier général du Gouvernement :: * 3e étage :: - Salle D-
Sauter vers: